The Media Co-op

Local Independent News

More independent news:
Do you want free independent news delivered weekly? sign up now
Can you support independent journalists with $5? donate today!

Un groupe féministe s'oppose à l'islamophobie de la charte de la laïcité


Photo Gerry Lauzon
Dans un mémoire déposé à la commission étudiant le projet de charte de la laïcité du gouvernement Marois, le Centre communautaire des femmes sud-asiatiques (CCFSA) s’oppose vivement à la loi, qualifié de « paternaliste ». Selon l’organisation féministe, « la Charte perpétue la ‘mission colonisatrice et coloniale’, le ‘fardeau de l’homme blanc’, faisant la promotion de la ‘supériorité de la culture et des valeurs’ des québécois blancs francophones ».

Pour le CCFSA, « la supposition paternaliste voulant que les musulmanes voilées n’ont aucune détermination personnelle cache la supposition contradictoire qu’il est mieux de les forcer à enlever leur voile que de leur laisser leur libre arbitre et leur liberté! » Dans les faits, ce sont les femmes elles-mêmes qui doivent être maitresses de leur propre libération: « ce sont nous les femmes qui sommes au gouvernail lorsqu’il s’agit de notre émancipation. Ce sont nous, et toutes celles qui s’identifient en tant que femmes, qui sommes le plus conscientes des différentes formes de violence qui nous menacent. »

L’organisation féministe, qui regroupe des femmes de différentes origines ethniques, culturelles, linguistiques, spirituelles et religieuses, offre de plus une critique des féministes blanches qui ont pris la parole pour défendre le projet de charte:

Les féministes bourgeoises et blanches se trompent si elles pensent qu’elles parlent au nom de toutes les femmes, et plus particulièrement des femmes discriminées et exclues. Les droits individuels et le droit de pratiquer une religion sont bafoués par le supposé bien-être commun et collectif acquis par la pratique de valeurs universelles et abstraites qui n’ont pas d’égard aux genres. Voilà un exemple de la célèbre phrase de Spivak (1988), des « femmes blanches qui sauvent les femmes noires des hommes noirs ». De croire que la femme non-voilée peut et doit parler au nom de la femme voilée est en soi une vision coloniale et paternaliste – le fardeau de la femme blanche!

Le court document résume les opinions du CCFSA et fait écho à celles de plusieurs autres regroupements qui se sont eux aussi élevés contre la charte. Pour tenter de résumer les différentes positions, trois médias indépendants ont réalisé un documentaire nommé «La charte des distractions». Ce documentaire « propose un regard critique sur le projet de loi 60 du Parti Québécois, actuellement discuté dans l'espace public. La complexité des multiples enjeux soulevés à l'occasion du débat y est explorée par des intervenant-e-s touché-e-s de diverses manières par ce projet de Charte. »

Une manifestation s'opposant au « colonialisme, [au] racisme et à la Charte » aura lieu ce vendredi 21 mars à Montréal. On peut trouver plus d'information sur la résistance au projet de charte sur le site de Coop média de Montréal.

Plus d’information sur le féminisme et l’islamophobie sur le site de Media Coop.

Socialize:
Want more grassroots coverage?
Join the Media Co-op today.
411 words

Join the media co-op today
Things the Media Co-op does: Support
Things the Media Co-op does: Report
Things the Media Co-op does: Network
Things the Media Co-op does: Educate
Things the Media Co-op does: Discover
Things the Media Co-op does: Cooperate
Things the Media Co-op does: Build
Things the Media Co-op does: Amplify

User login


Google+
Subscribe to the Dominion $25/year

The Media Co-op's flagship publication features in-depth reporting, original art, and the best grassroots news from across Canada and beyond. Sign up now!